Comment faire pour que mon bébé arrête de pleurer ?

Je voudrais ici partager avec vous une expérience personnelle et la solution que j’ai trouvée et appliquée. Peut-être serait-elle un début de solution pour certains.

Après la naissance de mon fils, je me suis sentie très démunie mon bébé pleurait beaucoup.

Je vérifiais sa couche, qu’il n’avait pas faim, pas chaud, pas froid…..et ensuite j’inventais des solutions qui marchaient une journée et ne fonctionnaient plus le lendemain.

Avec son père nous l’avons emmené plusieurs fois chez l’ostéopathe et heureusement il y a eu une très nette amélioration mais il pleurait toujours.

Comment j’ai fait pour que bébé arrête de pleurer

Un jour une amie m’a parlé du livre d’Aletha SOLTERS « pleurs et colères des enfants et des bébés  – une approche révolutionnaire», après la naissance je m’étais précipitée sur plusieurs livres sur le sujet pour trouver des explications et des solutions mais je n’étais pas tombé sur celui-là. Je me suis empressée de l’acheter et grâce au témoignage de mon amie qui avait pratiqué cette solution avec sa fille et je l’ai mise en pratique.

Pleurs et colères des enfants et des bébés

Dans son livre, l’auteure nous dit que tout enfant a besoin de pleurer et d’être accompagné dans ses pleurs. Entendez par là besoin que vous soyez présent et totalement présent à lui à ce moment-là. Ne le laissez pas pleurer tout seul dans sa chambre, prenez le sur vos genoux et autorisez le à pleurer tout son saoul. Gardez le contact visuel avec lui tout le temps. La méthode est beaucoup mieux décrite dans le livre, vous en avez ici les lignes principales.

Après avoir lu ce livre, j’ai parlé à mon fils qui avait quatre mois à l’époque. Il était sur le canapé du salon et était souriant au moment de ce dialogue.

Voici mes mots :

« écoute, j’ai lu un livre et je crois que j’ai tout faux avec toi quand tu pleures. Quand tu pleures j’essaie de te consoler pour que tu cesses de pleurer et en fait c’est peut-être juste que tu as besoin de pleurer. Alors si tu sens que tu as besoin, vas-y, je t’accompagnerai ».

A peine ai-je terminé ma phrase que mon fils s’est mis à pleurer. Je l’ai installé dans mes bras sur mes genoux et pendant trois quart d’heure j’étais intensément présente à lui et mon attitude lui montrait qu’il pouvait se lâcher.

C’est très remuant de voir son bébé pleurer ainsi, il faut vraiment avoir confiance en la méthode et être le plus détendue possible quand démarre une séance de pleurs….ça le vide et vous aussi. Pendant quatre semaines consécutives nous avons eu des séances de pleurs environ deux fois par jours. Comme s’il avait fallu une semaine de pleurs par mois écoulés depuis sa naissance.

Ses pleurs étaient pour moi de vrais pleurs d’évacuation (mais je ne sais pas de quoi) et non de tristesse ou de chagrin et la scène qui suit illustre parfaitement ce que je ressentais. Un jour son frère est rentré dans la pièce pendant une séance, mon fils s’est arrêté tout net de pleurer pour rentrer en communication avec son frère, il lui a souri, suivi de yeux pour voir ce qu’il faisait et une fois ce dernier ressortit de la pièce il a repris sa séance.

Si certains d’entre vous se sentent démunis avec les pleurs de leurs bébés, j’espère sincèrement que vous trouverez votre solution.

 

Karina

Dans coaching parental

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *