Où trouver le bonheur ?

Qui est heureux ? « L’homme bien portant, riche et instruit« , répondait Thalès le philosophe et mathématicien grec .

La réponse est un peu courte, nous connaissons tous des gens bien portants, riches (ou ayant suffisamment d’argent) et instruits qui ne sont pas heureux. Les revues que nous lisons dans la salle d’attente du dentiste ou chez le coiffeur nous montrent sans cesse des célébrités, riches, en forme et…..dépressives.

A l’inverse je connais dans mon entourage des gens qui vivent chichement, sans grande ressource et ….joyeux.

Le bonheur : une histoire de point de vue

Il semble que tout soit une affaire de point de vue les plus pessimistes (ou ceux qui sont moins enclins à se mettre en chemin) diront que c’est une affaire de gênes ou d’hérédité. Alors que certains vont voir le manque comme une chance et une opportunité de se mettre en route pour le combler  d’autres vont passer leur temps à se lamenter sur ce qu’ils n’ont pas.

Pour illustrer le fait que le point de vue change tout, voici  l’histoire que m’a racontée une amie : à la sortie d’une réunion de travail, une salariée demande aux personnes présentes si elles souhaitent aller déjeuner à la pizzeria du coin. Les quatre personnes déclinent l’invitation.  Elle dit à mon amie s’être sentie rejetée et pas aimée, son après-midi fut morose et  elle pas très en forme. Quand cette personne raconta cette expérience à mon amie, cette dernière lui a demandé « et si c’était autre chose que le fait de ne pas t’aimer, qu’est-ce que ça pourrait être ? »

Et là la personne a répondu que ça pouvait être parce qu’ils avaient un travail à finir, une course à faire, envie de déjeuner ailleurs, envie d’être seul ou que sais-je encore. Cette simple question à offert une autre lecture de ce qui s’était passé et cette femme s’est tout de suite sentie mieux et comme libérée.

Ça va peut-être en faire sourire certains mais il me semble vraiment que le bonheur est en nous, il se niche dans la façon dont nous percevons notre environnement et dans la façon dont nous vivons notre environnement. Un ami me racontait qu’une femme se plaignait des commerçants de son quartier qui faisaient toujours la tête et ne souriaient jamais et lui de me dire « pour moi c’est l’inverse, je trouve tous les commerçants gentils et souriants« .

La femme en question donnait l’impression de faire la tête en permanence alors que cet ami est toujours souriant quand il rentre en relation avec les autres.

Quand vous trouvez une situation désagréable posez-vous la question « en quoi cette situation est-elle parfaite telle qu’elle est ?« ….je ne serais pas surprise que vous trouviez plusieurs réponses.

 

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *